Le sentiment d’injustice

Actes décisions contraires à la justice, à l’ordre moral collective ou individuelle (valeurs enseignées). C’est un sentiment qui génère une émotion : la colère et/ou la frustration, provoque de vives réactions contenues ou extériorisées

On constate les effets nocifs de la censure de la colère dite « colère rentrée », qui enferme l’individu dans des zones de non-dits et parasite la relation à soi-même et aux autres.

Il existe pourtant des expressions positives de la colère, qu’il est possible d’apprendre, de même qu’il est possible et souvent souhaitable d’accueillir la colère des autres. Pour mémoire, « chez les Inuits, la colère s’exprime toujours en public, les deux adversaires s’insultent, s’injurient, jusqu’à ce que les rires des spectateurs et spectatrices de cette joute, où aucun coup n’est échangé mais où aucun mot n’est censuré, les départagent.»

elle est parfois incontrôlable. Elle prend du volume quand elle est partagée et échangée

La colère, lorsqu’elle est aveugle et dévastatrice, devient de la fureur et génère de la peur.

  • Ma première clé pour supporter l’injustice est de se rappeler que le monde n’est pas juste
  • Ma seconde clé pour supporter l’injustice est donc de prendre le recul nécessaire pour remettre de la partialité dans ton jugement, en observant la situation sous l’angle des différentes parties impliquées.
  • Ma troisième clé : ne pas se laisser enfermer dans sa propre victimisation et en faire son identité. Qu’est-ce que je recherche ? La justice ou la paix ?
  • C’est ma quatrième clé : examiner le rôle que tu as joué, reprendre tes responsabilités et définir le nouveau rôle que tu veux te donner
  • C’est ma cinquième clé : Accepter son impuissance, lâcher prise, d’abandonner le sentiment illusoire que tout irait mieux si tout allait comme tu veux.

La question n’est pas de savoir comment supporter l’injustice, mais de mieux comprendre sa propre vie, identifier les pensées qui apportent ce que nous voulons et sur lesquelles se concentrer, et celles que nous pouvons laisser tomber.

Quelles sont les situations qui nous font ressentir l’injustice ? Comment gèrons-nous cette émotion et quel est son impact sur notre vie ?

La solution ne vient jamais de l’extérieur

et si on parlait des régimes ?

L’été arrive et vous êtes probablement en train de vous demander comment vous allez faire pour perdre ces kilos emmagasinés pendant l’hiver. Le spectre de la plage et de votre corps face aux regards des autres vous hante… Alors vous vous dépêchez d’ouvrir les magazines « bien-être » dans lesquels on trouve tous les régimes possibles… Miracle ! Vous cherchez toutes les solutions possibles pour obtenir rapidement satisfaction.

Ces régimes qui vous obligent et vous contraignent mais c’est pour votre bien ! C’est en tout cas ce qu’ils prétendent ! Régimes sans viande, sans graisse, sans sucre… et surtout sans plaisir saupoudré de beaucoup de carences vitamines.

Et si nous étions un peu honnêtes ? Comment croire que l’on va se débarrasser de tous ces kilos acquis au fil des années, modifier nos comportements alimentaires d’un claquement de doigt, créer de la frustration sans que cela ait un impact néfaste sur notre organisme, notre bien-être et sur notre avenir…

Nous sommes, aussi, sollicités par des publicités racolleuses qui nous martèlent (comme des mantras) que nous pouvons aussi faire appel à des entreprises qui vous alimente directement, en vous livrant chez nous des repas et cela dans l’unique but de pour nous faire perdre du poids. Un peu comme si vous receviez votre dose chaque jour… et après ? Outre que ce système est assez onéreux (compter environ 90/semaine), que se passe-t-il une fois que vous arrêtez de faire appel à ce genre de service ?

Selon l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), qui a mené plusieurs études sur le sujet, ces régimes sont très dangereux pour l’organisme surtout s’ils ne sont pas encadrés par des professionnels. A force de multiplier ces régimes, quasiment 1 français sur 2 est en surcharge pondéral. Car le corps ne s’y trompe pas, à force de le contraindre à la restriction, dès que vous stoppez ce « régime », il va juste penser qu’il est l’heure de faire des réserves pour la prochaine restriction. Et ainsi de suite… Sans oublier que ces régimes qui promettent de perdre du poids rapidement, pour peu qu’ils soient efficaces rapidement provoque une incompréhension de votre esprit face à cette nouvelle image corporelle.

Alors que faire ?

D’abord comprendre. La prise de poids ne se fait pas par hasard. Elle vient répondre à un besoin. Tant que vous n’aurez pas compris pourquoi vous en êtes arrivés là, il sera difficile d’enrayer la spirale.

Ensuite, vous ne devez pas rester seul(e). C’est une des clé essentielle pour atteindre votre objectif. Etre accompagné dans cette démarche va vous permettre vous sentir soutenu(e), guidé(e).

Et puis il y a l’hypnose, cet outil efficace qui permet de reconsider des mécanismes, de créer une harmonie entre votre corps et votre esprit, d’apaiser votre stress de façon pérenne. Il est possible, par exemple de poser un anneau gastrique virtuel sous hypnose. (pour plus d’informations cliquer sur https://hypnocoach.bzh/anneau-gastrique-virtuel/ )

Alors n’hésitez pas à prendre rendez-vous pour qu’on puisse discuter ensembe de la meilleure façon de vous aider efficacement et vous permettre d’atteindre vos objectifs.

les arrières-pensées

Nous les connaissons très bien car elles sont présentes en chacun de nous et s’expriment clairement dans notre cerveau au quotidien. Elles sont le résultat de notre culture, de notre expérience et de notre histoire. Elles s’articulent automatiquement au fil du temps pour nous permettent de nous protéger ou d’obtenir quelque chose.

Les arrières-pensées, ce sont ces petites idées que l’on ne dit pas, ces phrases cachées qui sous-entendent que nous avons une stratégie sous-jacente lorsque nous nous exprimons.

Elles sont parfois positives, notamment lorsque nous avons une intention bénéfique à l’égard de notre interlocuteur. Par exemple lorsque nous voulons aider quelqu’un sans qu’il s’en rende compte. La dissimulation de cette pensée ne prête pas à conséquence, elle est bienveillante.

Elles peuvent, toute fois, s’avérer destructrice lorsqu’il existe une stratégie calculée avec l’intention d’obtenir quelque chose de son interlocuteur. Par exemple lorsqu’un collaborateur tente d’obtenir des informations dans le but de se promouvoir.

Nous avons tous subi ces expériences. De ce fait, lorsque nous entrons en communication, nous présupposons que la parole de l’autre peut être fausse ou avec une intention malveillante. Et il serait naïf de penser le contraire, c’est en tout cas ce que l’on se dit pour ne pas agir différemment.

Pourtant, même si ces arrières-pensées nous obligent à être dans la méfiance, nous pourrions faire l’expérience de les museler. Qu’arriverait-il alors? Nous serions probablement dans le doute mais nous gagnerions peut-être aussi en bienveillance, en qualité dans la relation. Qu’est-il plus important : paraître naïf ou vivre dans la suspicion permanente de la pensée de l’autre ? Calculer, ou être sincère, y compris dans les doutes que l’on exprimerait à notre interlocuteur ? Quelle énergie dépensée… pour arriver à ses fins alors que, peut-être, avec une bonne dose d’authenticité nous pourrions arriver aux mêmes résultats. N’oublions jamais que les arrières-pensées des autres ne sont que l’interprétation de nos propres pensées. Peut-être est-il temps d’arrêter de penser à la place de l’autre ?

Souvent, la qualité de la relation, dépend de ce que nous faisons de nos arrières-pensées et de ce que nous supposons être celles de notre interlocuteur. Prendre le temps de réfléchir à ces notions nous permet d’améliorer notre bien-être au quotidien.

Vous pouvez poursuivre cette discussion sur ce blog en ajoutant votre commentaire. Cette page vous appartient !

Se recentrer sur Soi

Vous avez, peut-être très récemment remarqué que vos préoccupations, vos sources de questionnement ou vos inquiétudes étaient systématiquement tournés vers les autres. Votre temps est uniquement consacré aux autres.

La pollution est assez facile. Nous prenons vite l’habitude de nous concentrer sur les besoins de nos proches ou des gens qui nous semblent importants, parce que ça vous fait plaisir de faire plaisir. Et tout ce petit monde s’accorde très bien du temps que vous leur consacrez. Et puis vous multipliez les activités face à toutes les sollicitations dont nous faisons l’objet. Même les émotions des autres deviennent contagieuses. Mais, vous êtes-vous demandé pourquoi vous n’aviez pas l’impression d’être heureux(se), pourquoi vous étiez stressé(e), déprimé(e), colérique, angoissé(e)… ? Au fur et à mesure la charge est devenue trop importante et trop lourde à porter.

Alors, le temps est sans doute venu de commencer à faire le tri dans vos fonctionnements personnels et professionnel et de reconsidérer vos priorités en vous recentrant d’abord sur vos besoins, sur l’essentiel.

Et là vous commencez à ressentir de l’affolement face à toutes ces choses que vous devez faire… pour les autres. STOP !

Voici quelques idées pour vous permettre de commencer ce recentrage :

-Se considérer comme une priorité : grâce à des petites actions, comme prendre un bain, allez chez le coiffeur, s’acheter un vêtement vous allez commencer à réapprendre à passer du temps avec soi. Inutile de se laisser polluer par des pensées culpabilisantes. C’est un moment pour vous !

-faire une liste des priorités. Soyez précis et fixer vous des échéances pour réaliser vos objectifs

-Intéressez-vous à une activité manuelle. (dessin, poterie, bricolage…) pour permettre à votre cerveau de se concentrer sur cette activité unique.

-Se réserver un lieu. Il s’agit ici de se créer un espace de paix et de sérénité

Toutes ces idées vont vous permettre de vous accorder du temps et de commencer à reconsidérer les choses. Pour effectuer un travail de fond pour vous permettre de vous replacer au centre de vos préoccupations, je vous propose un travail complet basé sur des techniques de coaching, de PNL et d’hypnose. Alors prenez ce temps pour vous et prenez rapidement rendez-vous. A très bientôt !

Affirmer sa différence

Avez-vous l’impression d’être différent ? Vous vous sentez incompris dans votre différence ou en décalage parmi les gens que vous côtoyez ? Vous préférez vous cacher. Les différences entre individus sont nombreuses et il serait difficile de toutes les énumérer. Retenons que nous sommes tous différents. Le besoin d’affirmation de notre différence est variable d’un individu à l’autre. S’affirmer est pourtant un élément essentiel dans une société de clones, dans laquelle il est recommandé de ressembler impérativement à son voisin. Dès le plus jeune âge ce dictât s’exerce. A l’école, qui, n’a pas eu juste envie de faire comme tout le monde, de s’habiller comme les autres pour faire partie du groupe. Il était obligatoire de ne pas affirmer sa différence, au contraire de l’effacer. Le jugement est parfois cruel chez l’enfant mais aussi chez l’adulte. A force, vous avez pris l’habitude de jouer un rôle qui n’était pas le votre. A force vous vous sentez isolé(e), perdu(e) dans une vie qui ne vous ressemble pas. Parfois même, malgré tous vos efforts, les critiques continuent à pleuvoir et vous ne vous y retrouvez plus. Vous alternez entre colère et indignation, injustice et révolte et malgré cela, vous continuez à vous taire.

Il est peut-être temps, pour vous, de vous assumer et, pourquoi pas, de tirer parti de votre différence.

Ce qui vous empêche d’être vous-même et de vous affirmer c’est souvent la peur du regard ou du jugement de l’autre. Et parfois c’est votre propre capacité à anticiper la réaction des autres. Comme si, à force de subir certaines remarques, ou certains agissements, la croyance s’était profondément installée en vous qu’une réaction systématique allait avoir lieu si vous affirmiez votre différence. Inutile de focaliser votre attention sur ce que les gens vont penser de vous ! Pensez à vous d’abord, à votre bien-être, à votre bonheur en essayant de ne pas se soucier du regard des autres. Leur jugement est souvent empreint de méconnaissances ou de peurs de la contagion ! Ridicule !

Assumer sa différence est un long chemin qui passe par plusieurs étapes comme, par exemple, la confiance en soi, l’affirmation de soi, l’amour de soi. Alors autant ne pas perdre de temps. A priori, et jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons qu’une seule vie à vivre !

Pour faire ce travail, il est parfois utile de se sentir accompagné(e) et soutenu(e) pour aller au bout de votre objectif.

Je peux vous aider dans cette démarche et vous guider pour vous permettre d’être, enfin, vous-même ! Alors n’hésitez à prendre contact avec moi

Troubles du sommeil et lâcher-prise

Pour bon nombre d’entre nous, le marchand de sable s’en est allé, nous laissant seul face à cette longue nuit sans repos… et c’est le début du cauchemar…

Une personne sur trois, en France, est concernée par le trouble du sommeil. Difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, cauchemars, somnambulisme, apnée du sommeil (etc) sont quelques-uns des facteurs qui nous privent de nuits agréables, confortables et réparatrices. Pourtant le sommeil est une fonction indispensable à notre vie et à notre bien-être. (métabolisme, mémoire, fonctions biologiques…). Lorsque cette fonction est altérée, c’est se soumettre à une diminution de la qualité de vie, à l’anxiété, à l’agressivité, à la dépression et, bien évidemment, à la fatigue.

Le sommeil est une fonction pendant laquelle la vigilance (état de conscience) est interrompue, le tonus musculaire est diminué et la réativité aux stimulis amoindrie. Il est composé de plusieurs phases d’environ 1 h 30 dans lesquels nous trouvons plusieurs cycles répétitifs : sommeil lent, profond et paradoxale (rêves).

Une mauvaise nuit, une seconde, puis une troisième et cela dure depuis plusieurs semaines, voilà de quoi alimenter nos peurs de ne pas s’endormir. Et c’est le cercle vicieux, l’insomnie est installée. L’insomnie n’est pas un état permanent, ni définitif !

Dénouer les fils de votre histoire pour mieux déchiffrer les processus inconscients, c’est le premier travail que je vous propose. Il est nécessaire de comprendre les mécanismes automatiques qui nous obligent à vouloir garder le contrôle et rester en état de veille. Comme un guetteur à l’affût de l’éventuelle agression.

Vous avez déjà éliminé de votre vie tous les facteurs favorisant l’insomnie (écrans, activités sportives le soir, stimulants, apnée…), une fois ces causes écartées, il reste, ensuite, à apprendre le « lâcher-prise ». Un mot que l’on emploie de plus en plus souvent, sans vraiment savoir en quoi il consiste, ni même comment y parvenir. Et pourtant, c’est la clé indispensable pour accéder au sommeil.

Se laisser aller mentalement ça s’apprend ! L’hypnose et l’auto-hypnose sont des outils efficaces pour obtenir des résultats appréciables dans le domaine. L’hypnose peut également vous aider à mettre un terme aux ruminations de vos pensées nocturnes, vous abandonner…

Alors n’hésitez pas à prendre contact avec moi pour discuter ensemble de la meilleur façon, pour vous, de retrouver le sommeil et de pouvoir, enfin, dormir sur vos deux oreilles !

Une solution complète pour gagner en minceur

Vous avez pris du poids ? Vous ne supportez plus votre image ?

HYPNO’COACH et REJUDERM s’associent pour vous proposer un programme complet de prise en charge pour vous aider à gagner en minceur efficacement et durablement.

Grâce à l’hypnose et à la pose d’un anneau gastrique virtuel, vous allez aider votre corps à retrouver la silhouette qui vous convient.

Le centre REJUDERM accompagne ce processus en vous proposant des techniques médicales brevetées d’amincissement et de raffermissement de la peau.

Un accompagnement de 3 ou 8 mois pour vous permettre d’atteindre vos objectifs et obtenir des résultats concluant très rapidement.

Alors n’hésitez pas à me contacter !

L’hypnose pour soigner les chagrins d’amour

Qui n’a pas déjà pleuré sur un amour perdu ? Qu’il soit accompagné d’un sentiment d’abandon, de trahison ou de colère ; qu’il ait suscité de la révolte, un sentiment de vengeance, de résignation ou de culpabilité ; il est toujours très difficile de sortir indemne d’un chagrin d’amour ou d’une peine de cœur qui nous submerge. Et nous voilà meurtris, fragilisés. Notre chemin de vie se modifie. Ces expériences laissent des traces indélébiles qui orientent nos choix et nos croyances. Les émotions qui y sont rattachées sont très fortes et se réactivent très facilement et très rapidement dès que notre inconscient constate une analogie. La couleur d’un banc, une musique, une parole…

La douleur ressentie n’a aucun rapport avec la durée de la relation perdue. Seule l’intensité de la relation permet de comprendre et d’expliquer la violence de l’émotion ressentie. Et cette émotion (ou le souvenir de cette émotion) peut avoir des répercussions importantes sur l’estime que nous avons de nous même.

En pareil cas, nous recevons souvent les mêmes conseils de la part de notre entourage : « ça passera », « ce n’était pas quelqu’un pour toi » ou pire encore « un(e) de perdu(e), dix de retrouvé(e)s » !

L’hypnose et le coaching sont d’excellents soutiens pour vous aider efficacement à faire votre travail de deuil affectif.

Il ne s’agit pas d’oublier des épisodes de votre vie car elle est probablement riche en expériences, mais de commencer à chercher l’apaisement propice à la réflexion.

Une des étape primordiale pour accepter le changement, c’est d’entamer une analyse cohérente et parfaite de la situation, des enjeux, de notre place dans l’histoire que nous venons de vivre.

Il faut également se recentrer pour qu’à l’avenir vous puissiez envisager de vous reconstruire sans anticiper l’angoisse de revivre la même situation, ni d’être dans la crainte de rencontrer l’inconnu(e).

Apprendre à s’affirmer et affirmer ses choix, c’est, sans doute, le palier essentiel pour se projeter dans un avenir plus radieux.

Chaque situation est différente, alors n’hésitez pas à venir me parler de votre histoire, je suis à votre écoute.

« Je suis mal dans ma peau »

C’est une expression d’usage courant qui indique que nous n’allons pas très bien. Sans pouvoir préciser ce qui ne va pas, sans l’exprimer vraiment… Nous savons que nous n’avons pas encore atteint le stade de la dépression mais le malaise est tout de même bien présent. Il arrive et il repart parfois. Il dure depuis suffisamment longtemps maintenant pour que l’on s’en aperçoive. Pas heureux(se), on doute de soi, on complexe, on se sent rejeté(e) par les autres, etc… Il est pourtant encore possible de continuer à vivre, comme on peut, comme si de rien n’était… comme si ça n’avait pas la même intensité qu’une dépression. Juste une petite déprime qui doit être passagère, presque saisonnière, et surtout ne pas déranger les autres avec nos problèmes. ..

Malgré tout, le mal est entré dans la peau ! Peut-être même qu’ un médecin pourrait prescrire une pommade efficace pour cette maladie de peau ? Peut-être est-il possible d’entrer dans un magasin spécialisé pour changer de peau ?

Plaisanteries mises à part, il s’agit bien d’un état d’esprit qui mérite d’être considéré objectivement et qui entraîne une diminution importante de l’estime de soi. Si elles sont présentes, il est urgent de faire taire les critiques de son entourage : « arrête de t’écouter », « ce n’est pas grave », « ça va passer ». Cela ne ferait qu’amplifier le déni qui l’accompagne. Il est nécessaire de réaliser que cela pourrait être la première marche vers la dépression si elle l’on n’y prête pas suffisamment attention. C’est ce moment précis où notre perception de nous-même est erronée.

Voici quelques petits trucs qui peuvent vous aider :

  • La première étape est de réaliser cet état de fait, sans le nier, en restant à l’écoute de ses propres sensations.

  • Il faut également comprendre qu’il est possible de s’en sortir, que ce n’est pas un état permanent.

  • Vous pouvez faire un listing de nos qualités et de nos victoires pour vous aider à prendre de la hauteur par rapport à votre situation et reprendre confiance.

  • Pourquoi ne pas poser des objectifs/plaisirs à moyen et à long terme ?

  • Et surtout réapprendre à apprécier le moment présent

Ces conseils peuvent vous aider à vous sentir « bien dans votre peau ». Si, malgré tout, vous ne parvenez pas à vous sortir de cette situation, je vous encourage à prendre contact. Un accompagnement de quelques séances est parfois suffisant pour vous permettre d’aller mieux. Alors n’hésitez pas !

Emotions et croyances : l’impact sur nos vies

Nous vous proposons une journée inspirante, une occasion unique d’échanger sur les émotions et les croyances pour mieux appréhender les mécanismes responsables qui interagissent dans votre vie.

Vous avez des difficultés à gérer vos émotions ?

Vous vous laissez facilement emporter par des situations conflictuelles ?

Vous êtes victime de vos peurs.

Vous aimeriez prendre des décisions et faire de meilleurs choix.

Vous avez envie de créer de nouvelles opportunités dans votre vie en modifiant vos schémas de pensée.

Vous voulez savoir comment changer vos perceptions et vos croyances.

Au terme de cette conférence,vous serez capable

  • de vous approprier une définition précise de ces concepts

  • de comprendre vos processus insconcients

  • d’utiliser, par vous-même, certains outils pratiques issus du coaching et de la PNL

Vous pourrez bénéficier, durant cette journée, d’un protocole EFT (« emotional freedom technical »), d’une séance apaisante d’hypnose et un regard quantique sur vos perceptions

L’objectif est

  • vous permettre d’être autonome dans la gestion de vos émotions,

  • être capable d’appréhender plus facilement vos choix.

  • Pouvoir reprogrammer, par vous-même, vos mécanismes inconscients afin de construire une vie à la mesure de vos ambitions.

Accordez-vous ce moment pour comprendre pourquoi vos croyances et vos émotions influencent vos comportements.

Créez pour transformer votre réalité !

Soyez acteur de votre vie !

DATES:

Rennes :

  • le samedi 09 mars 2019 de 09h30-12h30 et 14h00-17H00 (pause déjeuner d’une heure et trente minutes)

Vannes :

  • le samedi 23 mars 2019 de 09h30-12h30 et 14h00-17H00 (pause déjeuner 01h30)

INSCRIPTIONS :

Par téléphone 06 78 93 64 62 / 06 13 47 35 73

TARIF:  125 EUROS

Pour toute inscription avec le 15 février 110 €

(le paiement valide votre inscription)

Pierrette ROBERT – Coach certifiée – praticienne EFT et hypnose ericksonienne – Créatrice de Caprencontre accompagnement

Olivier MICHEL – Coach de vie – technicien PNL – Maître praticien en Hypnose – créateur d’Hypno’Coach